Articles Taggés ‘collaboration’

Pourquoi la boîte à idée ne fonctionne pas ?

5 novembre 2012

Qu’est-ce que l’Innovation Participative ? Quelle différence avec les système de boîtes à idées ?

Nous vous proposons quelques éléments de réponses dans la vidéo ci-dessous :

 

En savoir plus :

L’Open Innovation pour booster les nanotechnologies

18 juillet 2012

nano quebec

Secteur de pointe avec beaucoup d’espoirs, les nanotechnologies ont le vent en poupe.

La recherche et les découvertes en la matière ont un large potentiel. Plusieurs pays dont la France, les USA, le brésil, la Chine ,l’Inde et le Japon se sont lancés dans la course.

Pour autant, le Quebec ne veut pas être en reste. » En savoir plus: L’Open Innovation pour booster les nanotechnologies

Co-innover avec un concurrent : une facette méconnue de l’innovation ouverte

8 février 2012

Strategic-partnerships

Innover avec un concurrent ? Une pratique plutôt contre-intuitive d’innovation ouverte !

Invité à Angers pour donner une conférence sur le thème « Innovation ouverte : un nouveau modèle pour innover », j’ai eu l’occasion de découvrir une PME qui s’est lancée dans une démarche pour le moins assez peu répandue : la co-innovation avec un concurrent. » En savoir plus: Co-innover avec un concurrent : une facette méconnue de l’innovation ouverte

Open Innovation dans le secteur de la santé : le cas GE

9 novembre 2011

GE-healthymagination

Le secteur de la santé est un secteur nécessitant des budgets de recherche et Développement très importants. Le coût prohibitif est lié à la notion de risque et au  faible taux de succès rencontré entre les phases de recherche et la commercialisation de produits sur le marché.

La pharmaceutique est un secteur emblématique de ces difficulté. » En savoir plus: Open Innovation dans le secteur de la santé : le cas GE

Innovation participative : les 2 grands types

31 mai 2011

discussion

Co-innovation avec ses salariés, Co-innovation avec ses fournisseurs, co-innovation avec ses clients… L’innovation participative (ou ‘collaborative’) touche plusieurs cibles. Elle peut aussi revêtir plusieurs formes, ce qui a pour conséquences de mélanger les esprits.

On me demande ainsi fréquemment des explications sur les différentes démarches afin de savoir si elles font partie de l’innovation participative. » En savoir plus: Innovation participative : les 2 grands types

CIMIT : des technologies innovantes pour la médecine de demain

22 octobre 2010

CIMIT collab

Derrière une innovation, il y a toujours un besoin client à satisfaire, une valeur ajoutée nouvelle qui lui est apportée par un produit ou service.

Il est un secteur où les innovations peuvent avoir un impact très important sur le client final : le secteur médical.

Des progrès énormes ont été faits ces dernières années permettant d’obtenir des soins plus efficaces et plus rapides.

A l’heure où l’on s’interroge en France sur la question du coût du traitement médical » En savoir plus: CIMIT : des technologies innovantes pour la médecine de demain

Les appels à projets pour favoriser la création d’entreprises innovantes.

20 mai 2010

jinnovebox

Le concept d’appel à proposition est un des outils d’une démarche d’Open Innovation.
Ces propositions peuvent être des idées (cf DELL, Starbucks), des solutions (Innovation Partagée, Deepwaterhorizonresponse…) mais également des projets.
C’est ce dernier point qui a été choisi par  l’institution «  J’Innove en Nord – Pas de Calais » pour faciliter la recherche et l’émergence d’entreprises innovantes.
Parmi les buts recherchés :
favoriser l’émergence d’entreprises innovante en Nord pas de calais.
attirer des investissements « à haute intensité technologique »,
innover par et pour les services,
renforcer la collaboration public – privé en matière de recherche et de transferts
de technologie.
L’idée est de détecter les meilleures idées et projets pour pouvoir ensuite les accompagner et favoriser leur développement.
Ce système est régulièrement utilisé par différents organismes chargés d’encourager la création d’entreprise.
J’Innove est allé plus loin en faisant une « innovation marketing » : à l’instar de ce qui peut se faire dans la téléphonie, elle propose une « Box » regroupant tous les services pouvant être utiles à un créateur innovant.
L’objectif : réunir toutes les conditions de la réussite et permettre de développer durablement l’activité en Nord-Pas de Calais.
Parmi ces services, on retrouve une phase de coaching/formation sur la création d’entreprise dont notamment les aspects sur la propriété intellectuelle et l’innovation.
Pour faciliter l’émergence, un réseau spécifique est mobilisé, constitué d’incubateurs, pépinières d’entreprises et experts sectoriels.
Le 1er appel à projet concerne le secteur « Matériaux et nouveaux usages » (matériaux biosourcés, textiles ou composites).
La région souhaite ainsi s’appuyer sur son réseau important dans ce secteur (2e région française dans les textiles techniques avec 150 entreprises et 9 000 emplois.) ainsi que sur ses 6 pôles de compétitivité et 11 pôles d’excellence économique.
Il s’agit d’un exemple intéressant utilisé par une institution pour favoriser l’émergence de concepts innovants en leur accordant l’accès à un écosystème spécialisé.
L’innovation est ici axée sur le marketing en utilisant le concept de la « BOX » en terme de communication et un portail web (les candidatures sont uniquement adressables par le site). On peut noter que le service proposé va plus loin que les appels à projets classiques en proposant un « pack » de services et en fédérant différents acteurs autour du porteur de projet.
Ces porteurs de projets ont jusqu’au 10 juillet pour remplir le dossier de candidature sur le site http://www.jinnovbox.com/

Le concept d’appel à proposition est un des outils d’une démarche d’Open Innovation.

Ces propositions peuvent être des idées (cf DELL, Starbucks), des solutions (Innovation Partagée, Deepwaterhorizonresponse…) mais également des projets.

C’est ce dernier point qui a été choisi par  l’institution  ‘J’Innove en Nord – Pas de Calais’ pour faciliter la recherche et l’émergence d’entreprises innovantes.

Parmi les buts recherchés : » En savoir plus: Les appels à projets pour favoriser la création d’entreprises innovantes.

Open Innovation et Performance de la R&D

14 avril 2010

Employee_performance

Comment améliorer la performance de son département R&D ? Quelles sont les approches utilisées par les grands acteurs de l’innovation ?

Telles sont les questions auxquelles tente de répondre  l’ enquête de PriceWaterhouseCoopers (PWC) « Innovation et performance, Où en est votre R&D ?

L’étude présentée ici est assez  rassurante puisqu’elle révèle que les entreprises ont continué d’accorder une importance stratégique à la R&D et n’ont pas réduit leurs investissements, même si elles les ont davantage orientés vers des projets incrémentaux et de court terme. » En savoir plus: Open Innovation et Performance de la R&D

Innovation Ouverte : enjeux et défis…

24 mars 2010

innovation ouverte- quebec

Le rapport de conjoncture 2009 du Quebec vient de sortir sa dernière étude consacrée à l’Innovation Partagée (‘Innovation Ouverte : enjeux et défis pour le Québec‘) , en la présentant comme une des grandes tendances actuelles observées dans le monde.

Le rapport commence par lister d’abords les avantages liés à l’adoption de l’Innovation Ouverte (ou partagée) : » En savoir plus: Innovation Ouverte : enjeux et défis…

Meilleures pratiques en matière de collaboration université-industrie (Partie 2)

16 mars 2010
Les collaborations recherche-industrie peuvent être houleuses. C’est le cas en France, comme dans d’autres pays. Dans la première partie de cet article, je donnais un résumé de meilleures pratiques en matière de collaboration recherche-industrie. Ces meilleures pratiques étaient extraites d’un rapport issu d’une étude menée par le National Council of University Research Administrators et l’Industrial Research Institute aux Etats-Unis.
Dans cette seconde partie de l’article, je souhaite apporter quelques complément de meilleures pratiques compilées d’après une étude qu’Edward Spencer Calder a mené dans le cadre de son Master à MIT.
Les meilleures pratiques énoncées ci-dessous sont plus particulièrement destinées au coté industrie, il est néanmoins de les connaître coté recherche.
A. Préambule
Calder par du constat mis en évidence par Lambert dans son rapport « business-university collaboration » : la recherche publique est extrêmement performante dans le cadre de la recherche scientifique, mais l’industrie doit faire face à beaucoup de difficultés pour en extraire la valeur. Lambert recommande
Aux industriels d’apprendre à extraire la valeur des idées innovantes produites par la recherche publique,
De développer un ensemble de meilleurs pratiques dans le domaine du transfert de connaissance.
Ces deux recommandations sont le point de départ du rapport de Calder. Les conclusions de Calder ont été tirée après avoir étudié de manière quantitative 70 projets / collaborations avec 17 entreprises dans divers domaines industriels (pharmaceutique, automobile, IT, aérospatiale, électronique etc.)
B. Résultat et Impact sont peu corrélés
Le Résultat et l’Impact de chacune des collaborations ont été mesurés quantitativement en identifiant un ensemble de critères et des échelles ad hoc. Il est mis en évidence qu’il n’existe pas de corrélation systématique entre les Résultats et l’Impact d’une collaboration. En effet, de très bons résultats scientifiques peuvent être produits sans que l’entreprise partenaire y gagne en compétitivité et productivité. Une bonne gestion par les entreprises peut maximiser la corrélation.
La corrélation maximale entre Résultat et Impact se situe au niveau des ressources humaines.
Notamment, l’identification de bons étudiants (comprendre doctorant) pendant la collaboration débouche souvent sur le recrutement de ce dernier par la suite. Cette personne alors recrutée maintiendra des relations / collaboration forte avec le groupe dont il est issu.
C. Encourager les activité d’agents de frontière
Les agents de frontière (boundary agents) sont des individus au sein d’une entreprise qui collectent l’information externe, la traite et l’encode pour une utilisation en interne. Ces agents ont un rôle fondamental dans les organisations reposant sur un flux important d’information venant de sous unités ou bien de l’extérieur.
Un agent de frontière possède les qualités suivantes :
Source d’information et d’idées,
Excellente communication interne (avec les autres employés),
Contacts nombreux avec l’extérieur
Excellents relais entre diverses unités ou bien avec l’extérieur
Les agents de frontière jouent un rôle crucial pour les collaborations recherche-industrie.
En effet, le fait que le responsable de projet  (coté industriel) dans le cadre d’une collaboration s’engage dans une activité d’agent de frontière a une influence positive sur les Résultats et l’Impact, et ce même (surtout) pour les activités de recherche très amont. En d’autres termes, le seul fait d’aller à la rencontre des chercheurs régulièrement permet de faire ressortir des informations extrêmement utiles pour les deux parties, leur permettant ainsi d’accroitre l’efficacité de la collaboration.
D. Durée, séparation géographique et alignement
Les collaborations durables (long terme) sont plus précieuses tant pour les Résultats qui en découlent que pour leur Impact sur l’entreprise.
C’est un point qui avait déjà été mentionné dans la première partie de cet article.
La séparation géographique n’a aucun effet sur les Résultats ni sur l’Impact.
Je trouve ce résultat particulièrement surprenant, contre-intuitif et extrêmement intéressant. C’est un encouragement pour tous intermédiaires de l’innovation ouverte (tel que PRESANS) reposant sur un réseau d’expert mondial.
Un parfait alignement est crucial, car une recherche intéressante, bien menée et d’excellente qualité peut se révéler inutile pour l’entreprise.
A moins que les objectifs et les méthodes soient alignés avec les pratiques, la stratégie et les besoins de l’entreprise, la collaboration de recherche peut ne pas valoir le coût de l’investissement. Le challenge pour les entreprises est d’assurer un alignement suffisant sans trop contraindre le projet.
E. Conclusion
En conclusion, retenons que dans le cadre d’une collaboration recherche-industrie, une recherche excellente, donnant lieu à des Résultats pertinents peut n’avoir qu’un très faible Impact sur l’entreprise si la collaboration n’est pas alignée un tant soit peu avec la stratégie de l’entreprise et si elle n’est pas accompagnée de prêt par le responsable de projet (coté entreprise) afin de favoriser l’échange bilatéral d’information.
F. Pour aller plus loin
1) Sources de l’article
Le rapport original est réellement intéressant et je recommande grandement sa lecture pour plus d’informations : http://bit.ly/1z452U.
Lambert Report : http://bit.ly/14uMsS.
2) Articles connexes sur PRESANS
Qu’est-ce que l’innovation ?
L’âge d’or de l’innovation fermée.
L’érosion du paradigme de l’innovation fermée
Meilleures pratiques en matière de collaboration université-industrie – Partie 1
3) Illustrations
L’illustration de l’article « Avery Collaboration Beer » est sous licence Creative Commons ; elle est disponible sur http://bit.ly/10oAzs.

collaboration

Les collaborations recherche-industrie peuvent être houleuses. C’est le cas en France, comme dans d’autres pays.
Dans la première partie de cet article, je donnais un résumé de meilleures pratiques en matière de collaboration recherche-industrie.

Ces meilleures pratiques étaient extraites d’un rapport issu d’une étude menée par le National Council of University Research Administrators et l’Industrial Research Institute aux Etats-Unis.

Dans cette seconde partie de l’article, je souhaite apporter quelques compléments de meilleures pratiques compilées d’après une étude qu’Edward Spencer Calder a mené dans le cadre de son Master au MIT.

Bien que les meilleures pratiques énoncées ci-dessous soient plus particulièrement destinées à l’industrie, il est néanmoins utile de les connaître coté recherche. » En savoir plus: Meilleures pratiques en matière de collaboration université-industrie (Partie 2)